Fermer

Suivez le guide

Suivez le guide... du Centre national du costume de scène

Posté le 29 novembre 2018 par Nos guides

0

Continuons notre passionnante série dans les pas des guides de nos sites culturels avec Pascale Vassy, guide conférencière au Centre national des costumes de scène et de la scénographie à Moulins dans l’Allier ! Pascale nous dévoile son riche parcours et l’accomplissement qu’est pour elle de travailler dans l’écrin artistique du CNCS. Suivez le guide !

Comment t’es tu retrouvée guide du CNCS?
J’ai vécu trente ans à New York, de 1986 à 2016. À mon retour définitif des États-Unis, je pensais me mettre en quête d’un emploi soit à Paris, soit à Lyon. C’était sans compter sur le fait que Moulins, la ville de mon enfance, s’était métamorphosée en mon absence.
En 2016, le CNCS cherchait un guide-conférencier. Pour avoir visité en ce lieu nombre d’expositions pendant mes vacances en France, dont celles, temporaire et permanente, consacrées au danseur russe Rudolf Noureev,  je savais que ce poste au CNCS assouvirait ma passion pour la danse.
M. et Mme Cluzel, professeurs à Moulins, m’avaient présentée à Nora Kiss, avec qui je suivis, plusieurs années durant, des cours au studio Wacker à Paris. Puis, je fis des études interdisciplinaires. Pour devenir journaliste spécialisée dans le domaine de la danse et élargir mes connaissances, j’ai passé trois ans à New York, d’abord au studio Alvin Ailey, puis chez Martha Graham et Merce Cunningham. Restait à obtenir un diplôme de journaliste, ce que j’entrepris, là-bas, sur place. Vu le peu de correspondants permanents employés à plein temps, une reconversion s’imposait.
Dans un premier temps, je choisis Histoire de l’art. À une double licence en Histoire de l’art et Littérature française s’ajoutèrent une Maîtrise, puis mon entrée en Doctorat, une nomination en tant que Maître de conférence auxiliaire à CUNY (The City University of New York), dix-huit ans d’enseignement, des colloques et des publications. Être guide-conférencière au CNCS se situant à la croisée des chemins de mes centres d’intérêts (analyser les costumes de scène dans leur contexte historique, sociétal et littéraire s’avère particulièrement enrichissant), je transmis sur le champ mon curriculum vitae à la Direction. Deux mois après mon arrivée à Roissy, je préparais ma première visite guidée !CNCS entrée

Présente-nous le CNCS !
Érigé au XVIIIe siècle pour loger des régiments de cavalerie, le bâtiment qui abrite de nos jours  le CNCS connut bien des déboires. Abandonné après le départ de ses derniers occupants, ce lieu faillit disparaître. Heureusement, les efforts de démolition dont il fut la cible échouèrent suite au placement de son escalier central sous la protection des Monuments historiques. Des fonds furent alloués, les rénovations commencèrent. Durant les travaux, l’Opéra national de Paris, la Comédie-Française et la Bibliothèque nationale de France s’unirent autour d’un même projet : créer un centre national dédié aux costumes de scène.
Ainsi naquit le CNCS, centre aux missions variées, à savoir préserver, exposer et expliquer les œuvres dont il est le récipiendaire, soit plus de 10 000 costumes de scène couvrant principalement l’opéra, la danse et le théâtre. Parfait exemple de décentralisation  culturelle, le CNCS est unique en Europe !

Comment se déroule une visite au CNCS ?
Les visites guidées débutent par une brève présentation historique et architecturale, et par un rappel des circonstances ayant conduit à la conversion de ce lieu en musée.
Une fois le thème de l’exposition expliqué et les intentions des commissaires et des scénographes soulignées, les visiteurs sont invités à emprunter l’escalier monumental (ou l’ascenseur, si besoin est) pour accéder aux salles d’exposition du premier étage.
Chaque vitrine est abordée différemment. L’accent peut être mis sur l’originalité de certains créateurs, l’impact de la Haute-Couture, le rapport ou le décalage entre les costumes de scène et l’époque qu’ils « incarnent », la qualité du travail des petites mains, les tissus, les couleurs ou les accessoires choisis, etc…
Vient le moment de s’attarder sur les stars du théâtre, de l’opéra, de la danse ou de la chanson pour qui ces costumes ont été réalisés ou des chorégraphes et metteurs en scène qui les ont commandités. Ces remarques peuvent être ponctuées d’anecdotes parfois savoureuses. Les documents visuels (extraits vidéos permettant d’apprécier les costumes exposés en mouvement) sont prétextes à des commentaires complémentaires.
Un dernier point, enfin. Dans la dernière salle, temps fort de chaque exposition, les guides s’effacent progressivement afin de laisser les visiteurs se prendre au jeu de leur propre ravissement…Cncs - Auvergne-Allier-Moulins-Centre national du costume de scène-Ali Baba

Quel est ton propre point de vue sur le CNCS qui explique ton attachement personnel si fort ?
Le CNCS se veut un musée vivant ! Nos costumes patrimoniaux issus de spectacles n’ayant plus cours, sont présentés dans une même exposition aux côtés d’autres très récents, dont les productions françaises ou étrangères ont encore lieu. Non seulement, le passé et le présent se côtoient sans cesse, mais le rayonnement du CNCS s’en trouve accru ! Le dynamisme du CNCS se discerne également dans l’évolution de ses collections. De nouvelles acquisitions et des dons, tels ceux du théâtre du Châtelet, les accroissent et les diversifient constamment. Les programmes évoluent également. En plus des visites-ateliers pour les enfants et adolescents, des visites costumées et contées sont depuis peu régulièrement proposées aux plus jeunes. Les adultes, eux, peuvent opter pour des visites guidées, thématiques ou sous forme de conférences à l’auditorium. Tout comme nos visiteurs étrangers, les scolaires peuvent maintenant bénéficier de visites guidées en anglais. Enfin, l’ouverture prochaine d’un centre de la scénographie traduit la volonté qu’a ce musée de s’investir dans le futur.
Au CNCS, l’énergie dépensée à mettre en place les maillons nécessaires à la transmission de la culture et du savoir me séduit.

As-tu des anecdotes de visites à nous raconter ?
Parmi les nouvelles visites proposées, l’une de celles organisées pour des CNCS - Expo Contes de fées ©JMTenfants malentendants m’a beaucoup émue. Même si leurs enseignants habituels les accompagnaient, la visite de « Contes de Fées » fut assurée par une guide, moi, et une intervenante extérieure/interprète en langue des signes, Fabienne. J’avais cru observer que l’adjectif « gentil », signé par Fabienne à plusieurs reprises, se « disait » en glissant la main délicatement du menton vers la tempe. Erreur ! semble-t-il très amusante. Tout en arborant de grands sourires, les enfants me firent comprendre que le geste se faisait en sens inverse, c’est-à-dire, de haut en bas. Confuse, je leur ai présenté mes excuses en moulinant mon poing serré sur le cœur.
Cette fois, j’eus droit à des applaudissements. Je m’étais exprimée correctement !

Informations pratiques :

Où est le Centre national du costume de scène ?
Dans le Quartier Villars, route de Montilly, à Moulins, dans l’Allier.

Quand visiter ?
Le CNCS est ouvert toute l”année sauf le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre. En revanche, en période d’inter-expositions, seul l’espace Noureev est ouvert, de 14h à 18h.

Combien ça coûte ?
Plein tarif : 7 €
Tarif réduit : 3 € (Pour les demandeurs d’emploi, étudiants, RSA, minimum vieillesse, accompagnateur de personne handicapée.
Supplément de 5€ pour la visite guidée.

En savoir plus

Nos guides

Nos guides - Quoi de mieux pour découvrir les secrets de notre patrimoine que d'écouter avec curiosité et attention les guides de nos sites de visites ?! Cette rubrique est à eux alors "Suivez le guide !"


Commentez cet article